Rêve de jardin : et si on achetait à plusieurs ?

    et-si-on-achetait-à-plusieurs-?

    Si le confinement a été l’occasion pour certains de pouvoir profiter de leur maison avec leur famille très proche, il est vrai que le rêve d’avoir un carré vert est devenu exponentiel chez d’autres. Les habitants des grandes métropoles n’ont pas tous eu le déclic de faire leurs valises pour poser leurs bagages dans une nouvelle vie au sein d’une ville moyenne, voire une petite ville. Certains restent tiraillés entre le fait de ne pas vouloir quitter la métropole dans laquelle ils vivent et le fait de vouloir à tout prix un bout de jardin de temps en temps. 

    Mais en parlant de prix, quel est celui que les Français sont prêts à payer pour se mettre au vert ? Nous nous sommes ici intéressés à ceux qui veulent un jardin sans changer de région, voire de ville. Pour cela, certains ont opté pour la recherche d’un appartement en rez-de-jardin tandis que d’autres se sont posés la question de la résidence secondaire. Si tout le monde n’a pas les moyens d’acheter une résidence secondaire en conservant son bien parisien, la solution d’ acheter à plusieurs se développe alors. Quels sont les nouveaux critères de recherche ? Quels avantages peut-on trouver en achetant à plusieurs ? Qu’en est-il risques à bien prendre en compte avant de se lancer ? Qui sont ces futurs acquéreurs ? Des questions sur lesquelles nous nous sommes penchés.

    Table des matières

    Quels sont les nouveaux critères de recherche en immobilier depuis l’été 2020 ?

    La crise sanitaire mondiale liée au coronavirus a fait évoluer les critères de recherches des français au moment du déconfinement. Si le besoin d’avoir une pièce en plus était l’un des principaux critères de recherches des nouveaux acquéreurs, aujourd’hui, il en est autrement. Le désir d’avoir un espace extérieur devient non plus une option mais un critère prioritaire que nombreux ne sont pas prêts à faire de sacrifice dessus. Avec l’essor du télétravail, le besoin d’avoir son logement proche de son travail devient une option secondaire. Être au vert toute l’année ou avoir la possibilité d’un logement au vert facilement accessible à n’importe quel moment ; tel est le nouveau désir des français.

    En interrogeant des ex-confinés, il en ressort que le sentiment d’être de nouveau enfermés dans un appartement sans même un balcon devient inenvisageable pour eux. Si la nécessité de rester à proximité des transports pour se rendre à son travail reste présent, le besoin d’une maison avec jardin se renforce. Selon le site de recherches immobilières seloger.com, les recherches de maisons avec un jardin sont en pleine expansion. « 60 à 65 % des recherches portent sur des maisons en vente avec jardin contre 35 à 40 % sur des appartements, là où le rapport était de 50-50 avant le confinement » a déclaré Michel Lechenault, responsable éditorial du Groupe SeLoger. Toujours selon ce même site, les biens situés en province ont un peu plus attiré les internautes (+5%), en particulier en Bretagne, où les consultations ont augmenté de 17%.

    Le moteur de recherche du site a enregistré une recrudescence de demandes sur les critères suivants : maisons dans des villes moyennes à proximité des grandes agglomérations en province, avec un budget allant de 250 000 euros à 300 000 euros.

    Nous n’en sommes pas encore à l’exode urbain car les vrais citadins avouent ne pas vouloir non plus s’expatrier à la campagne toute l’année. En revanche, l’idée d’avoir une maison secondaire avec un jardin se fait de plus en plus ressentir. Pendant le confinement, près de 200 000 parisiens sont partis se confiner dans une maison située en province. Cette pratique a fait naître le désir d’avoir une maison secondaire rapidement. La problématique financière pour une partie des franciliens les a conduit à réfléchir à un achat groupé. Pourquoi ne pas acheter une maison avec des amis ou de la famille et partir sur le principe de se la partager ou d’y être tous ensemble de temps en temps ?

    Quels sont les avantages quand on achète à plusieurs ?

    Le principal critère qui pousse les acheteurs à se multiplier sur un même bien c’est évidement le coût. A deux familles, la maison sera mathématiquement deux fois moins chère qu’en l’achetant seul. Les frais qui suivent par la suite au niveau de l’entretien de ce bien seront également partagés et ainsi plus faciles d’accès.

    Mais il n’y a pas que l’argent dans la vie. Le confinement nous a aussi séparé de nos amis et de nos familles pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour certains. La possibilité d’avoir un lieu de partage de joies et de fêtes offre de belles perspectives. Que la maison choisie se trouve à la mer ou à la campagne, un point de chute commun avec des proches devient tentant.

    Avec l’essor du télétravail, la résidence secondaire devient également un lieu de travail où il fait bon de se rendre. Nous avons vu qu’il était possible de travailler tout en faisant d’agréables pauses à la maison. Et si votre résidence secondaire devenait aussi votre bureau secondaire ? Nous avons même entendu au détour d’une discussion sur le télétravail que certains collègues étaient prêts à acheter une maison en commun pour s’y rendre les jours de télétravail et reproduire une ambiance de bureau à la campagne ou à la mer.

    A quels inconvénients doit-on faire face en devenant propriétaire d’une maison avec des copains ?

    Si l’idée de vous acheter une énorme auberge espagnole avec vos amis vous fait rêver, prenez soin de bien penser le projet en avance. Lorsque l’on achète à plusieurs, il faut prendre un certain nombre de paramètres en cours. Si cela se passe mal, une revente précipitée pourra vous coûter très cher. Que vous soyez deux ou cinq familles à partager ce projet, tout le monde doit être sur la même longueur d’onde pour éviter les frictions plus tard.

    Quelles précautions sont à prendre pour que le rêve de jardin ne tourne pas au cauchemar ?

    Notre conseil ici est d’établir un certain nombre de points à discuter avant toute acquisition commune :

    • Quelle est la quote-part de chacun ?
    • Qui s’occupe de la décoration ?
    • A qui appartiennent les meubles ?
    • Est-ce que chaque famille a des chambres attribuées ?
    • Est-il possible de louer cette maison à d’autres ? Si oui, quand ? Qui s’en occupe ? Qui reçoit les loyers ?
    • Faut-il établir un planning pour savoir qui y va et quand ?

    Cet article pourrait vous intéresser : Comment imposer à l’agent immobilier d’inclure les travaux dans le compromis de vente ?

    Quel est le profil de ceux qui envisagent d’acheter une maison secondaire à plusieurs ?

    Ceux qui veulent acheter une maison à la campagne avec des amis ou de la famille sont généralement des parisiens ou des habitants de la petite couronne de la région parisienne. Ils sont majoritairement cadres avec des revenus suffisamment confortables pour obtenir un crédit en plus de leur logement parisien. La majorité reste des familles avec enfants. Une petite partie de ces acquéreurs sont des jeunes célibataires en quête d’un lieu de convivialité pour se retrouver et y faire à la fois des fêtes, un espace de travail et un investissement locatif de temps en temps.

    Le rêve de jardin devient accessible pour les parisiens qui optent pour l’option d’acheter une maison secondaire à la campagne tout en conservant leur logement dans la capitale. Ils font le choix de garder un lieu d’habitation proche de leur travail et de leurs habitudes de vies mais se donnent le droit de se rendre au vert les week-end ou certains jours de télétravail. Pour réussir un tel projet, la clé est de bien le préparer.

    Vanessa Lahmi

    Pour aller plus loin

    Réservez votre session stratégique avec un membre de notre équipe
    Offre limitée

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *