À PROPOS

QUI EST DAMIEN LAHMI ?

Après un parcours classique pour faire plaisir à mes parents qui n’avaient pas eu la chance de pouvoir faire des études, j’ai pris conscience qu’une autre vie était possible. J’ai commencé à investir dans l’immobilier pour mettre ma famille à l’abri puis j’y ai pris goût pour développer ma liberté et pouvoir quitter Paris pour le sud de la France. J’ai formé plus de 1 000 participants à travers la France (métropole et DROM-COM).

Mon HISTOIRE

6 décembre 1981 à 20h00 : Je deviens le 3ème enfant de la fratrie. J’arrive dans un foyer que l’on dit modeste : une mère professeur et un père ouvrier.

 

Je grandis avec des valeurs de travail et d’honnêteté comme leviers pour avoir une vie épanouie.

 

Je comprends vite que mes parents ne vont pas m’embêter si je réponds à leurs attentes qui est simplement de faire des études et d’avoir un métier dont ils seront fiers.

 

En parallèle, je développe une passion pour les sports de combat et bizarrement c’est là que j’ai une première leçon de vie. Quand cela commence à être difficile vers 16 ans, tous mes potes qui avaient commencé en même temps que moi lâchent l’affaire et abandonnent. Alors que moi c’est là que ça a commencé à vraiment me plaire et que j’ai travaillé encore plus dur.

 

Quelques années plus tard, j’obtiens mon 4ème dan de Judo -Jujitsu qui au final n’a reposé que sur une seule décision de ma part : ne pas abandonner !

« Waouh, j’y suis. Le graal, je suis au top ».

PREMIER CDI

14 novembre 2005 : Mon premier jour en CDI. Je viens de finir mes études (un BAC + 5 avec mention Bien à Paris Dauphine) et j’ai pu intégrer directement BNPPARIBAS.

Et surtout, je vois la fierté dans le regard de mes parents.

 

Un an plus tard, j’achète ma résidence principale. Je m’endette sur 20 ans à 39%.                   

 

Je suis heureux car je n’aurais plus de crédit pour mes 45 ans et ensuite je pourrais tranquillement attendre la retraite avec un métier agréable, un bon salaire et 9 semaines de congé. Un schéma tout tracé !

 

Ça me fait rire aujourd’hui mais j’en étais vraiment convaincu à cette époque !

 

Un mariage en 2008 et un premier enfant en 2010 me confortent dans ma décision. Tout va bien dans le schéma classique. D’ailleurs, existe-t-il vraiment un autre schéma ?

Le Premier déclic

25 mai 2013 : Naissance de mon deuxième enfant. Un premier déclic, j’ai beau être un bon salarié méritant et travailleur, tout ne va pas aussi vite que voulu.

 

Est-ce que je suis sur le bon chemin pour protéger ma famille ?

 

Nous sommes entassés à 4 dans un petit appartement de 47 m2 et impossible de voir plus grand.

 

Un soir ma femme me fait une présentation des plans de notre appartement revu par son œil positif et talentueux. Elle m’annonce qu’elle veut transformer notre 2 pièces et 3 pièces.

 

Je suis sceptique au début puis elle argumente et me présente tout un business plan. Ce que femme veut…

 

On y va et on apprend sur le terrain à tout gérer pour des travaux où tout semble compliqué. On découvre que les mots retard et travaux sont fortement liés.

 

Quelques mois plus tard, nous décidons de revendre ce bien immobilier et encaissons une plus-value d’environ 150 000 euros.

Le 2ème déclic

J’ai le deuxième déclic. L’immobilier semble pouvoir aller beaucoup plus vite que mon travail de salarié et pour une énergie dépensée que je trouve moins forte.

 

A partir de là, je commence à me former et j’investis massivement en empruntant plus d’un million d’euros auprès des banques en 24 mois.

 

J’ai pu investir dans toute la France : d’un studio en Ile de France à une colocation à Nantes en passant par un immeuble à Béziers.

 

J’ai pu apprendre à gérer des ventes compliquées comme une qui a duré plus de 1 an à des négociations sur des biens en succession où il fallait mettre d’accord environ 10 vendeurs.

 

J’ai appris la diplomatie et le tact face à des artisans avec qui tout est beau au début puis avec qui ça se complique au fur et à mesure du chantier.

 

J’ai dû ingurgiter quelques cachets de paracétamol après des rendez-vous chez l’expert-comptable, le fiscaliste et même mon avocat qui est pourtant mon frère.

 

L’immobilier tout comme n’importe quel business dans lequel tu te lances n’est pas un long fleuve tranquille mais quel plaisir de se créer une indépendance à un patron ou un système que l’on ne maîtrise pas.

 

Je me souviens de mon premier séminaire. Comme si je venais de prendre un KO direct. Je découvre un autre monde.

L'autre monde

Ce ne sont pas des illuminés. J’avoue que c’est ce que je pensais au début quand je voyais des témoignages. Pour moi, tout était bidonné !

 

Mais là, je découvre des gens normaux qui ont fait des trucs de fou.

 

Un sentiment étrange se dégage. Je suis très attentif à tout ce que j’entends mais surtout une petite voix intérieure me souffle une phrase en boucle : 

 

« Si eux l’ont fait, alors forcément je dois pouvoir le faire »

 

J’ai pu me créer un patrimoine de 1,7 millions d’euros pour me dégager de quelques contraintes du quotidien mais surtout j’ai pu sortir de ma prison dorée en me posant une nouvelle question : Qu’est-ce que je veux vraiment faire dans la vie ? J’ai beaucoup lu sur le développement personnel, les finances, l’immobilier, le business.

 

Une question revient en boucle dans ma tête : si je meurs demain, aurais-je des regrets ?

 

Cela fait un moment que l’on me questionne sur mes projets immobiliers.

 

J’ai vu le regard de mon entourage changer. Entre les débuts, où tu es vu comme un beau parleur puis le moment où ce même entourage te voit enchaîner les projets, il y a un changement.

 

On passe d’une certaine interrogation voire moquerie à une admiration. On gagne le respect et j’ai de plus en plus de personnes qui me demandent des conseils.

 

Comment j’ai fait pour vraiment passer à l’action ? Est-ce que j’ai eu peur ? etc.

MA MISSION

Avec un grand plaisir, je tente de donner mon expérience. Cela me ramène quelques années en arrière

 

Quand j’étais en troisième, ma mère m’annonce que c’est financièrement difficile et que ça va être compliqué de payer ma cotisation pour le judo.

 

Mais moi, je ne peux pas arrêter le judo. Je veux bien arrêter l’école mais pas le judo.

 

On trouve un compromis avec mon association et je m’engage à assister mon professeur tous les mercredis après-midi dans les cours des enfants.

 

Je me passionne pour la transmission. Quel plaisir de voir progresser quelqu’un qui t’a fait confiance. Je passe ensuite mon diplôme d’animateur et j’ouvre une session de judo dans une petite association parisienne.

 

Je me rappelle cette période où je n’avais pas l’impression de travailler

N’est-ce pas cela mon futur pour les prochaines années ?

 

Je vois que sur Youtube certains partagent leurs connaissances

 

C’est ça que je veux faire maintenant : Revenir à ce qui m’avait épanouie. Partager mes connaissances et changer des vies.

 

Les débuts sont compliqués : comment parler d’argent sans se faire insulter quand on est en France ? Je décide de rester sur ma vision et de mettre en place de petites actions au quotidien. J’ai créé tout naturellement le Club Privé Immo Rentable et Sécurisé. J’ai choisi ce nom car j’ai toujours trouvé qu’il y avait une course à celui qui allait dire qu’il avait le plus de lots ou qu’il était devenu rentier en un minimum de temps.

 

Mais moi, tout ça me gêne car je me moque bien du nombre de lots que je possède ou du fait d’être rentier (d’ailleurs, ça veut dire quoi ?). Je veux juste mettre ma famille à l’abri du danger et que l’argent ne soit pas une douleur.

 

Je parlerais plutôt de liberté. Ça oui Je me suis créé une liberté géographique qui m’a permis de quitter Paris pour le sud de la France et être à quelques minutes de la plage. Ce qui était mon rêve

WEBINAIRE

DÉCOUVREz NOTRE ZOOM IMMOBILIER

SUJET DE CETTE SEMAINE

COMMENT GÉRER SES PLACEMENTS IMMOBILIERS ?

Pour en savoir plus, rejoignez-nous formation gratuite (acces immédiat !)

Retour en haut

Vous souhaitez recevoir la Checklist GRATUITE pour trouver votre prochain bien rentable sans perdre de temps et d’argent ?

Inscrivez-vous

Nous respectons les règles RGDP, vos informations ne seront jamais partagées à un tiers